À PROPOS

LIRE

remy tarrierNé dans une famille ouvrière de la banlieue parisienne. Un père communiste qui chantait « le temps des cerises » et « Valentine ». Une mère d’origine italienne, catalane d’adoption qui aimait Trenet et la sardane. Sous l’aiguille du phono, Brassens côtoyait Jean Yanne et Salvador… Bref, j’ai été biberonné aux refrains populaires et aux chansonniers.

Et puis j’ai découvert Brel, Nougaro, Gainsbourg, Dutronc, Charlebois, Manset et bien d’autres.  Peu à peu j’ai vu la chanson comme un espace de liberté infini.

Au début des années 70 , je commence à chanter dans des lieux comme « le pétrin » à la mouffe (Cabaret autogéré) pépinière de talents dont Thiéfaine est le plus connu.

Puis quelques années plus tard au « bateau ivre » c’est avec Allain Leprest que je tisserais des liens d’amitié et d’estime.
Jusqu’en 81 je me partage entre tour de chant et théâtre pour enfants.

En 82 je signe un contrat de 3 ans chez Vogue mais ils ne sortiront qu’un 45 tour : « Il n’y aura pas de match retour ». Je continue à écrire et à chanter, tout en commençant à faire des sketchs pour des émissions de télé.

En 87 je suis programmé au « tremplin » du Printemps de Bourges accompagné par Pierre Meige et Richard Prezlin. Puis je passe au « Tintamarre » et au premier festival de marne.

Je tourne un peu, pas suffisamment, alors je fais de plus en plus de sketchs pour la télé et la radio, principalement pour Didier Gustin. Nous créerons avec Hubert Drach un spectacle de chansons à la manière de … : « Meurtres au music-hall »,  joué plusieurs mois à la comédie-Caumartin en 92.

J’écris aussi des chansons pour Pierre Meige et tourne avec lui et d’autres artistes comme Lou Volt et Boris Santeff.
En 94 Allain Leprest me fera le plaisir de reprendre ma chanson « Joyeux Noel » sur son disque Saravah.
En 96, je collabore aux «  guignols de l’info ». J’écris des scénarii pour des sitcoms et diverses séries télé.
En 98 je fais des chansons pour enfants avec Alain Moisan, qu’il enregistrera sur son album « An ba coco la ».


En 2012 j’ai décidé de faire exister mes chansons en les enregistrant. Grâce au talent et à la complicité de Claude Préchac, musicien, arrangeur,  compositeur, voilà donc une première fournée : « les dernières nouvelles du fond ». Depuis j’en ai écrit d’autres que nous sommes en train d’enregistrer.

Je suis également remonté sur scène, dans une formule guitares, contrebasse. En 2014 je suis passé au Limonaire, au Magic, au Forum Léo Ferré et deux soirs à la « vieille grille » au printemps 2015.

Je reviens au Forum Léo Ferré pour une soirée complète le 07/11.

Je suis accompagné aux guitares et parfois au clavier par Claude Préchac et à la contrebasse par François Fuchs.


Mais ce n’est pas tout ! Rémy Tarrier est également parolier et auteur-scénariste

CONTACT

Laissez nous un Message!